Archives par étiquette : Branching

image

Gestion des évolutions grâce aux Feature Flags

Gérer correctement les évolutions dans un projet logiciel n’est pas simple car il faut arriver à gérer le cycle des releases qui en général est beaucoup plus rapide que le rythme de mise à disposition de certaines fonctionnalités qui prennent du temps à être développé.

Il est donc souvent nécessaire de mettre en place certains mécanismes permettant d’arriver à livrer très régulièrement une application “malgré” des développements en cours non finalisés.

Première principe et le plus populaire :

La mise en place de branching

Quelle que soit la stratégie de branching choisie (branche corrective + branche évolutive, branches par version, ou branches par fonctionnalité – je vous recommande d’ailleurs ce guide sur les différentes stratégies de branching que l’on peut mettre en place –), la mise en place de branches ajoute une surcharge de travail qui est gérable mais qui peut être conséquente.

Il y a bien évidemment la surcharge de travail pour les développeurs au niveau des merges entre les différentes branches, mais également une surcharge de travail d’un point de vue des tests.

Il est en effet nécessaire d’effectuer des tests sur la branche sur laquelle le développement a été effectué, mais également sur toutes les autres branches sur lesquelles les modifications vont être fusionnées.

Il s’agit donc d’une technique qui peut avoir un impact sur la vélocité des releases, sur le rythme de mise à disposition de nouvelles fonctionnalités.

Les feature flags

Autre principe plus léger à mettre en place : les feature flags.

imageLe principe est simple : afin d’être capable de gérer les évolutions, il suffit de développer les fonctionnalités et de les livrer même non finalisés dans les différentes releases mais de les désactiver afin de les rendre inacessibles aux utilisateurs.

Il suffira ensuite de les activer ou non directement au runtime par configuration, sans aucune modification de code et donc sans aucun déploiement lorsqu’on le souhaitera.

 

 

Plusieurs avantages à ce principe :

  • On ne ralentit pas la cadence des releases puisqu’on livre les fonctionnalités non terminées (qui resteront masquées)
  • On peut activer ou non certains certains fonctionnalités en fonction des différents clients (selon leur profil par exemple) afin de les faire participer à des phases de tests (alpha, beta, etc.)
  • On n’est capable de revenir en arrière en cas de problème car en général les feature flags doivent pouvoir être accompagnées de logique de rollback

Ce concept a été mis en place et mis en avant par les équipes de Flickr. Je vous invite d’ailleurs à consulter le post de fin 2009 présentant le principe et son application au site web flickr.

Le principe a été ensuite décrit par Martin Fowler via le pattern Feature Toggle.

Il existe différentes implémentations des feature flags dans l’ecosystème .net : FeatureSwitcher, FeatureToggle, NFeature

La plupart des librairies reposent sur le même principe : on active ou désactive les features de l’application en passant par le fichier de configuration de l’application.

D’un point de vue de la représentation des features au niveau du code, la plupart se basent sur des classes implémentant une interface ou une classe de base, ou alors via une Enum qui permet de lister celles-ci.

N’aimant pas particulièrement les fichiers de configuration (ils sont trop compliqués à maintenir, à faire évoluer), je vais bientôt revenir vers vous avec une nouvelle libraire permettant de gérer cela directement en base de données.

Stay tuned !