P1010552

PDC 2009 : Workshop Architecting and Developing for the Windows Azure Platform

P1010552

La PDC 09 débute un peu plus tôt pour quelques centaines de développeurs qui sont
réunis autour d’un “before” sous forme de workshop. Microsoft propose en effet pour
ceux qui le souhaitent et qui en ont le budget de passer une journée entièrement dédiée
à un thème particulier tels que l’architecture et le développement d’applications
pour Windows Azure, le développement d’applications BI grâce aux solutions Microsoft,
le développement à l’aide de Silverlight 3, le développement parallèle, etc.

Après avoir longuement hésité à aller à la session sur le développement parallèle,
j’ai finalement assisté au workshop qui concerne mon autre gros cheval de bataille
du moment : Windows Azure.

Ce workshop fut présentée par Chris Auld d’Intergen Limited. Je ne connaissais pas
ce speaker mais il est parvenu à présenter une journée de qualité sans trop endormir
son auditoire.

Au programme : Cloud Economics

La journée débuta avec quelques rappels importants sur l’intêret du développement
d’applications hébergées sur le cloud d’un point de vue économique. Chris rappella
les classiques du genre tels que le support de montée en charge lors d’évènement prédictibles
(période de  soldes, fêtes de fin d’années, ouverture d’une nouvelle vente, etc.)
et le support de la montée en charge pour des évènements non prédictibles tout cela
sans avoir à payer une infrastructure technique et matérielle conséquente. L’avantage
économique du cloud a été démontré via quelques graphiques et peut-être résumé très
simplement par “pay as you consume” : on ne paye que ce que l’application consomme
en terme de ressources matérielles et réseau.

Chris rappela également que la facturation est effectuée à l’heure débutée. Si vous
démarrez et arrêtez différentes instances en moins d’une heure vous serez facturés
pour une heure complète pour chaque instance.

Scalibility and Elasticity

P1010560 Première
information importante, la CTP de novembre a apporté de nouvelles possibilités concernant
la personnalisation des machines virtuelles mises à disposition. Il est à présent
possible de choisir selon différents packaging afin d’avoir des VMs dont les capacités
sont appropriées à vos besoins. Ainsi, l’offre s’étoffe en proposant des tailles de
VM qui définissent des caractéristiques telles que le nombre de coeurs de CPU, la
RAM disponible, ainsi que l’espace disque alloué (cf photo ci-contre).

La possibilité de disposer de plusieurs coeurs est très intéressante puisqu’elle nous
permet de profiter des capacités de la Task Parallel Library afin de développer des
traitements performants.

Du côté de la montée en charge, l’accent a été mis sur la nécessité de mettre en place
du cache. Du cache coté serveur mais également coté client par exemple grâce à l’utilisation
de certains ETags. Il est d’ailleurs possible d’utiliser une large gamme de mécanisme
de cache, tels que le cache d’ASP.net, Velocity, un cache custom stocké dans le blob
storage, etc.

Autre nouveauté importante de la CTP de novembre, il est à présent possible d’utiliser
des API de gestion de service afin de monitorer automatiquement une application hébergée
sur Azure. Il est à présent possible d’automatiquement charger des instances supplémentaires
lorsque l’utilisation (nombres de requêtes par sec, consommation CPU, etc.) 
de l’application augmente grâce à cette API.

Voilà pour cette première demi-journée ma foi assez intéressante.

Au programme de cet après-midi : l’asynchronisme, le stockage de données, le pricing
et le déploiement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *