Archives de catégorie : Random Stuff

Petit guide pour râler de manière constructive

Je sais bien qu’il s’agit d’un sport typiquement français, et j’ai bien conscience que je vais peut-être me mettre quelques personnes à dos en publiant ce post, mais je commence à être fatigué des retours négatifs et non constructifs, qui n’apportent rien au débat. Retours le plus souvent présent sur Facebook ou Twitter et donc formulés en une ligne ou deux.

image

Alors qu’il y a plus de 3-4 ans, ce type de retour étaient fournis gracieusement par des anti-microsoft sous forme de trolls. Depuis l’arrivée de Windows Phone, les critiques acerbes viennent de plus en plus de personnes adeptes des technologies Microsoft, et participant régulièrement aux communautés Microsoft.

Je vous propose donc aujourd’hui mon point de vue (oui, moi aussi j’ai le droit de râler) sur ce sujet sans trop d’illusion sur l’impact du billet, mais au moins je me serais exprimé en plus de 140 signes ! Sourire

Prendre du recul

Vous en avez marre de Windows Phone/Mobile du manque d’applications, du Windows Store qui est une calamité pour ceux qui font l’effort de développer des applications UWP et qui souhaitent en faire profiter leurs utilisateurs ?

Essayez de prendre un peu de recul, est-ce que vous pensez que les choses peuvent s’améliorer ? Est-ce que le Store fourni avec Windows 10 peut être amené à être une réussite ? Quelles sont d’après-vous les chances pour que sur le moyen / long terme les choses s’arrangent dans ce domaine ?

Cela fait plusieurs années que vous râlez ? Et vous pensez que c’est terminé ? Alors Laissez-tomber !

Enlever vos applications ou laisser Microsoft le faire à votre place suite à l’envoi d’une de leur lettre de menace et passez à autre chose. Il existe d’autres eco-systèmes mieux organisés et qui possèdent 2-3 utilisateurs Clignement d'œil 

Si au contraire, sur un autre sujet, vous pensez que les directions prises sont bonnes et porteront leurs fruits sur le moyen/long terme dites-le ! Sourire

Mon point de vue perso (et donc totalement subjectif, et très probablement erroné) sur Windows Mobile/Phone et le Store Windows : Il est improbable que Microsoft puisse réussir quelque chose sur ces sujets. L’éditeur l’a clairement indiqué, ils abandonnent le marché du mobile et restent uniquement présent pour des raisons de veille technique. Concernant le store Windows et ceci même sur PC, je pense que personne ne l’utilise. Faites un sondage autour de vous afin de savoir combien d’applications installées viennent du store, il devrait être faible ou inexistant. L’argument de dire que l’on peut toucher des millions d’utilisateurs Windows en publiant sur le store n’est pas valable puisque personne n’y va. Microsoft pourrait le mettre en avant au 1er démarrage de Windows en faisant une belle vidéo expliquant ce que c’est, ou grâce ou via des actions commerciales par exemple en proposant Office uniquement depuis le Store (ou avec une réduction par rapport aux boites). Ce ne semble pas être une priorité pour eux pour le moment. Comme, je suppose, beaucoup de lecteurs de ce blog, j’étais convaincu et enthousiasmé par la plate-forme, et j’apprécie beaucoup l’OS mobile, mais cela fait bien longtemps que je ne me fais plus aucune illusion… Wait & see…

Changement de rythme

Autre exemple, le changement de type de projet ASP.net Core où Microsoft a décidé de ne plus utiliser les fichier project.json et de finalement utiliser msbuild.

Il s’agit là d’un changement technique important et d’une décision prise après la mise à disposition de la technonologie. Le contexte est simple, les créateurs de .net core ont pris une orientation 100% cross platform et ont donc créé un nouveau type de projet au format json plus souple, plus ouvert, et qui pourra donc être facilement compatible quelque soit la plate-forme de développement ciblée.

A contrario tout le tooling existant se base sur MSBuild, zapper ce framework/outillage aurait un impact très important sur tout l’éco-système.

En résumé, l’objectif et l’inspiration d’origine sont bons, mais la prise en compte des contraintes de la réalité a pris du temps et a engendré ce changement tardif.

Ce type de décision assez importante, où Microsoft change de direction ou revient en arrière est déjà arrivé plusieurs fois auparavant mais intervenait généralement au plus tard lors de la mise à disposition de preview technique : soit via les Community Technology Preview, soit via des Alpha voire Beta.

Ne pas comprendre que ce type d’erreur puisse arriver, et que cela va de nouveau se produire pour d’autres cas, est de mon de point de vue le signe que l’on a pas compris le changement de rythme décrit dans ce post. Finis les CTP, Alpha et autres versions temporaires. Le temps où on arrivait même plus à compiler le code d’applis basées sur ces versions preview fournies 2 ans avant la RTM sur laquelle on essaie de faire fonctionner ces mêmes applis est révolu !!

Et comme décrit précédemment, une des conséquences de changement de rythme est que l’on va être de plus en plus impacté par des breaking changes importants.

Créez du contenu !

Vous n’êtes pas d’accord avec telle décision, ou tel choix technique ? Vous souhaitez vous exprimez ? Ecrivez des articles ou des posts de blog décrivant précisément le contexte, les raisons pour lesquelles telle technologie ou telle décision n’est pas optimale et comment corriger la situation.

Cela serait tellement plus intéressant et plus constructif qu’un simple “pffff… Ils font encore n’importe quoi, c’est incroyable”.

Vous l’aurez compris, je ne dis pas qu’il faut arrêter de faire des critiques et de partager son mécontentement, je pense uniquement qu’il est plus pertinent de le faire de manière développée, argumentée au travers de billets techniques plutôt que via 3-4 mots dans des commentaires Facebook.

Allez y ! J’ai hâte de lire du vrai contenu technique sur tous ces sujets ! Sourire

PS : Microsoft n’est plus en situation de monopole, il n’est plus possible de suivre aveuglément toutes les technologies proposées et de considérer que toutes les décisions prises sont les bonnes…  Donc keep cool & stay calm ! Sourire

Après le slow food, le slow computing ?

Depuis l’ouvrage “The Lean Startup” qui promeut l’amélioration et l’innovation en continue au coeur de l’organisation des start-ups grâce à l’adoption d’une démarche itérative, depuis l’explosion de l’adoption de la méthode SCRUM qui propose un découpage itératif du développement, une organisation destinée à améliorer l’autonomie de l’équipe de dév. et à améliorer la vélocité et donc le rythme d’ajout/livraison de nouvelles fonctionnalités, l’industrie informatique a réellement et profondément changé de rythme.

image

Alors qu’il y a quelques années, mettre en place des builds afin d’avoir une nightly build destinée à vérifier la validité/cohérence du code présent dans un repository était “hype” et synonyme de démarque qualité, nous sommes à présent nombreux à avoir mis en place de l’intégration continue, à compiler et à tester de manière automatisé dès qu’une modification est commitée.

De même que cela soit via la mise en place de Continuous Delivery ou encore de Continuous Deployment, le rythme de livraison s’est effectivement accéléré dans de nombreux projets.

Les utilisateurs ont donc le grand bonheur de bénéficier d’un plus grand nombre de nouvelles fonctionnalités, plus pertinentes, et ceci beaucoup plus rapidement !

Achievement unlocked !

Tout cela est positif, mais cette course vers la nouveauté a malheureusement un coût et de plus en plus de personnes commencent à se plaindre.

Exemple le plus récent, le projet Docker qui, que cela soit via ce post de blog controversé (lire les commentaires, et les posts de blog en réponse, cité par l’auteur), ou alors encore via ce feedback récurrent d’avoir un rythme d’évolution plus lent afin d’être en capacité de faire évoluer son infrastructure tout en bénéficiant des derniers correctifs.

Autre exemple d’impact bien plus mineur, le Bot Framework dont la V1 a été rendu disponible le 1er Avril 2016 et qui moins de 6 mois plus tard contient plusieurs nouvelles versions et une V3 contenant des breaking changes et nécessitant donc une migration de code (migration qui au passage ne fonctionne pas correctement et qui impose donc la réécriture de ses bots à partir d’un nouveau projet “from scratch”). Exemple de changement : On vient de changer le nom de ces classes, désolé, on n’avait pas assez réfléchi au nommage de nos classes, et avec le recul on trouve que les nouveaux noms sont plus pertinents.

Inimaginable dans le monde Microsoft il y a quelques années, avec une stratégie basée sur une compatibilité maximale de l’ensemble des produits, ce type d’évolution est en train de devenir de plus en plus courant.

Il est donc important de bien réaliser que le gain apporté par des itérations rapides peut se transformer en coût pour le développeur ou l’utilisateur final.

On parle ici de coût induit par du travail supplémentaire nécessaire pour supporter les nouveautés/évolutions on peut également évoquer les pertes sèches causées par l’achat de produits hardware.

Alors qu’auparavant acheter des produits et services de grandes sociétés renommées permettait d’être à peu près à l’abri de l’abandon de ceux-ci et de bénéficier d’une durée de vie plus longue que d’autres produits de sociétés moins établies, il est nécessaire d’oublier ce vilain reflexe.

Les grands éditeurs et constructeurs se placent en effet de plus en plus tôt sur la courbe d’adoption afin de maximiser les chances de prendre une part conséquence de marchés qui sont régulièrement de type “the winner takes all”, et le risque d’abandon ou d’échec est donc beaucoup plus important qu’auparavant.

Il n’y a qu’à juger la stratégie Hardware de Microsoft décrite au sein de cette excellente interview de Mary Jo Foley. Terry Myerson y indique clairement que la stratégie de Microsoft est d’essayer d’ouvrir, animer, dynamiser différents marchés hardware, et de montrer à leurs potentiels partenaires qu’ils sont sérieux sur ces différents marchés, en construisant lui-même des devices sur chacun de ces marchés.
Les casques/lunettes de réalité virtuelle sont cités en exemple dans cette interview mais on peut citer plusieurs exemples à ce sujet : les tablettes et notebook Surface destinés à montrer aux constructeurs qu’il est possible de faire des devices sous Windows d’aussi bonne qualité et aussi beau qu’Apple, Microsoft Band destiné à montrer ce qu’il est possible de faire de lien d’un point de vue hardware et software avec Microsoft Health d’un point de vue des objets connectés (wearables) lié à la santé.

Votre côté geek vous incite à acheter certains de ces nouveaux devices, et vous râlez sur le fait qu’ils ne soient commercialisés qu’en petit nombre et uniquement dans certains pays ? Peut-être que vous devriez y réfléchir plus longuement avant de potentiellement jeter votre argent par la fenêtre Clignement d'œil

Bien évidemment la solution pour ne pas tomber dans ces écueils n’est pas de ralentir le rythme d’innovation comme pourrait le sous-entendre le titre de ce post.

Il existe différentes pistes, et je suis convaincu qu’un ensemble de bonnes pratiques seront prochainement publiées en ce sens :

  • Etre clair sur sa communication
  • Proposer différentes cadences de livraison afin que chacun puisse s’adapter en fonction de son souhait (ex : Windows avec le programme Insiders et les fast/slow rings, .net où l’on peut récupérer des packages nuget de versions récentes ou utiliser le framework .net livré avec Windows, etc.)
  • Développer des correctifs pour plusieurs versions supportées en parallèle
  • Proposer un outillage de plus haut niveau qui facilite la gestion de tous ces changements. Exemple : solutions de management d’APIs

OVH comparé à Microsoft Azure

Dans les premières semaines qui suivirent mon arrivée dans ma société actuelle j’ai demandé à voir l’ensemble des factures liées à l’informatique sur l’année précédent mon arrivée. Cela permet en effet d’avoir très rapidement une vision complète de l’ensemble des fournisseurs (hébergeurs, connexion internet, licences logicielles, sous-traitance, etc.), des services souscrits, et du coût de chaque service/prestation.

J’ai presque failli m’étouffer en découvrant nos factures d’hébergements liés à nos serveurs de production. Le coût me semblait en réel décalage avec le service proposé. Après plusieurs réunions chez notre hébergeur local de l’époque, j’ai donc fait une petite analyse de la concurrence afin de voir ce que l’on pouvait avoir pour le même prix ailleurs. Et j’ai très rapidement orienté plus précisément mes recherches autour de 2 hébergeurs, dont OVH.

image

Après étude et essai de leur offre (pour un prix ridicule, on peut louer des serveurs à la semaine afin d’effectuer des essais) nous sommes donc passés chez OVH, et je suis toujours très satisfait des services proposés, presque 2 ans après avoir migré nos serveurs chez eux.

Nous avons en effet multiplié par 30 la bande passante dont nous disposions, avons à présent une configuration de serveurs qui n’a absolument rien à avoir avec ce que l’on avait auparavant (8x plus de RAM, disque SSD, 4x plus de coeurs CPU, etc.) et le tout accompagné d’ une réduction de 50% de notre facture par rapport à ce que l’on dépensait chez notre précédent prestataire… La qualité de service est également au rendez-vous, même si lorsque l’on contacte le support, on réalise bien que la culture n’est pas orientée Windows Clignement d'œil

Loin de l’image de techos barbus proposant des services pas cher pour les particuliers et les TPE, je dois bien avouer que J’ai découvert avec surprise une société très intéressante, en plein évolution et en pleine transformation.

OVH est en effet n°1 au niveau européen, et fait partie des tout premiers au niveau mondial ! On dit souvent que l’on a pas de champion du numérique en France, et lorsque l’on cite des sociétés d’avenir, on cite souvent des startups comme blablacar, on devrait évoquer beaucoup régulièrement OVH dans la presse, et dans les JT du 20h ! Nous avons là un bon et beau champion mondial !!!

Grâce à la découverte de leur offre, je suis ainsi passé d’une image d’une société proposant du mutualisé pas cher sous Linux pour héberger des logiciels libres tels que du wordpress ou du prestashop, à la découverte d’une société “sérieuse”, ayant une offre à destination des entreprises de toute taille, et en pleine transformation pour parvenir à prendre le virage du cloud. (oui, j’ai une culture 100% microsoftienne, et oui j’ai parfois une vision caricaturale des choses Sourire)

Transformation au niveau de l’offre avec un développement vers le cloud massif, les investissements sont importants : 1,5 Milliard sur 5 ans. Et l’hébergeur montre son sérieux en construisant plusieurs datacenters afin d’avoir une réelle présence mondiale.

image

Projets de constructions des nouveaux datacenters OVH

image

Régions OVH actuelles et en cours de construction

A l’heure actuelle, la clientèle d’OVH se concentre à 60% sur l’offre Dedicated Cloud (en y incluant l’offre serveurs dédiés), et à 5% sur le Public Cloud.

Transformation également au niveau commercial, OVH est en train de passer d’un modèle vertical à un modèle horizontal basé sur un réseau de partenaires. Face à l’évolution de la taille de la société et de ses services, l’hébergeur est en train de construire de manière logique un réseau de partenaire afin d’avoir une approche indirecte comme d’autres fournisseurs de service comme Microsoft. Ainsi si vous souhaitez des services de développement, d’intégration ou autres en utilisant l’infrastructure d’OVH vous pourrez contacter les partenaires les plus pertinents et experts dans leurs domaines.

De gros challenges et d’importants chantiers donc.

Le défi : se maintenir et concurrencer AWS et Azure

Les deux principaux acteurs du cloud investissent massivement sur le Cloud et ont annoncé ces dernières semaines leur arrivée sur notre territoire national brisant au passage un des atouts très important d’OVH. Ainsi si domicilier vos données en France est une contrainte pour vous, vous pourrez regarder plus largement les acteurs du secteur.

OVH peut prendre quelques parts de marché à AWS et Azure en terme de présence mondiale en investissant lourdement dans l’ouverture de nouveaux datacenters (1,5 Milliard d’investissements sur les 5 prochaines années), tout en prêtant attention au coût proposé qui devra rester compétitif face à toutes les baisses de prix régulières d’AWS et Azure.

image

Régions de Microsoft Azure

Il faut néammoins relataviser, les datacenters construit par OVH ne sont pas de la même dimension que ceux de des concurrents. Ainsi pour bien mesurer le rapport de force en présence, on peut comparer le milliard et demi d’investissement sur 5 ans d’OVH et le même montant investi par Microsoft sur… le dernier trimestre 2014 !

Toujours afin illustrer la différence d’ordre de grandeur, Microsoft investit en moyenne 500 millions de $ pour la création de chaque datacenter, et 3 Milliards ont déjà été investit pour le cloud en Europe uniquement. L’investissement d’1,5 Milliards sur 5 ans d’OVH est donc certes important mais reste tout relatif par rapport à la puissance de frappe des mastodontes tels que Microsoft ou Amazon.

En dehors des montants d’investissement, je pense que la principale difficulté à laquelle va se confronter OVH concerne son offre de services proposés.

Sans même évoquer la “simple” mise à disposition des nouvelles versions logicielles (quand-est que l’on aura droit à Windows Server 2016 monsieur OVH ?), la question du développement de services est primordiale.

OVH embauche à tour de bras, a mis en place un centre de formation interne afin d’avoir le plus rapidement possible des développeurs compétents, mais il semble complexe voire impossible d’atteindre la vélocité des équipes de Microsoft ou d’Amazon.

Le cloud ne se résume en effet pas à proposer un ensemble de services d’hébergement au sein de VMs ou de conteneurs, il est également indispensable de proposer tout un ensemble de services destinés aux développeurs afin de faciliter l’accès à de nouvelles possibilités techniques et à de nouveaux usages.

Prenons l’exemple d’un secteur en plein développement : l’IOT.

OVH propose actuellement une offre partielle :

image

 

Contrairement aux autres acteurs tels que Microsoft qui avec l’Azure IoT Suite propose tout un ensemble de services permettant de répondre à un éventail quasi exhaustif des besoins de ce type de solution.

Vous pouvez effectuer le même type de comparaison pour la variété des services de stockages, etc.

Envisageant de passer de 1000 employés l’année dernière à environ 3000 personnes en 2020, il est clair qu’à court terme, ce défi de richesse d’offre semble compliqué à réussir, alors que dans le même temps il est compliqué d’arriver à suivre le rythme des nouveautés et d’ajout de fonctionnalités proposées par Microsoft Azure.

Il va donc être très intéressant de voir comment notre champion français va arriver, dans les années à venir, à prendre des marchés sur ce secteur très concurrentiel même si concentré autour de peu d’acteurs (la barrière à l’entrée étant importante).

Mandrill demande à ses clients d’aller voir ailleurs

Il n’est pas dans mon habitude d’employer ce vocabulaire mais il faut bien le dire, il me semble qu’il s’agit du meilleur résumé que l’on puisse faire de la décision prise par Mandrill.

Comme beaucoup de choses en informatique, un simple envoi d’e-mail peut se révéler d’une complexité technique assez incroyable.

Ainsi si vous envoyez des e-mails en masse à des fins de marketing, ou alors si vous envoyez des e-mails depuis votre applicatif en SaaS, vous devez être bien conscient qu’un simple serveur SMTP n’est pas vraiment efficace car vous pouvez être sûrs qu’un certain nombre de vos clients vous appelera afin de vous indiquer que “je ne comprends pas, j’ai envoyé un mail à mes contacts, certains l’ont reçu et d’autres non”.

Et vous vous retrouvez donc à expliquer que non ce n’est pas un bug de votre application mais que l’envoi d’e-mail en volume est complexe car malheureusement plus de 90% des mails envoyés dans le monde sont des SPAMs. Et donc pour éviter de polluer les boites de tout le monde, les fournisseurs de service e-mails appliquent lors propres règles et leurs propres politiques afin de décider d’eux-même si un mail est légitime ou non. (Et certains comme Orange sont particulièrement rigoureux à ce sujet).

De plus, il existe tout un tas d’autres raisons pour lesquels un envoi ne fonctionne pas :

  • adresse fausse
  • serveur mail du destinataire non disponible
  • boite mail pleine
  • l’utilisateur ne se sent pas concerné par la plupart des mails envoyés et les a donc signalé en tant que spam, jusqu’au jour où il se plaint de ne pas avoir reçu le mail important qu’il attendait

Afin d’améliorer notre qualité de service sur l’envoi d’e-mail, nous avons donc fait le choix d’investir et d’utiliser un service spécialisé – Mandrill – et donc bien évidemment payant, et d’intégrer ce service dans notre application.

Nous avons donc développé un client de leur API, refondu notre envoi d’e-mail afin de passer par leur API, et même directement intégré la validation domaine via la vérification des enregistrement SPF et DKIM afin que nos clients puissent envoyer leurs e-mails de manière fiable en utilisant leurs propres domaines.

De plus, nous proposons même un suivi en temps réel des envois, afin de savoir où en est l’envoi d’un e-mail et avoir un retour rapide de l’état de l’envoi.

Après différentes recherches, nous avons fait le choix d’utiliser le service Mandrill pour les raisons suivantes :

  • le prix était un des moins cher et en plus le service est de qualité
  • support assez rapide et efficace
  • La qualité ressentie de leur service est assez importante. En évaluant leur solution, on réalise très rapidement que ce sont des gens qui réfléchissent réellement à leur produit, beaucoup de choses sont vraiment bien pensées, ce qui fait qu’il est très plaisant d’utiliser leurs services

J’étais donc ravi et très satisfait de payer Mandrill pour envoyer mes 200k mails par mois pour un service que j’utilisais gratuitement jusqu’à alors pour un serveur SMTP.

Je l’ETAIS jusqu’au mail reçu hier (http://blog.mandrill.com/important-changes-to-mandrill.html), où la société éditrice du service Mandrill (Mailchimp) indique un changement stratégie majeure puisque Mandrill n’est plus proposé en tant que service mais en tant que complément de leur service d’e-mail marketing Mailchimp (qui est également de très bonne qualité). Résultat : Toute la clientèle doit obligatoirement créé un compte sur cet autre service, prendre en abonnement payant à ce service même si on ne l’utilise pas.

En résumé : La société Mailchimp ne propose plus deux services distincts, mais se concentre uniquement sur l’email marketing, et propose l’email transaction en option, en complément de ce premier service.

Un changement de stratégie radical, où l’ensemble des clients doivent donc payer un service dont on ne va pas se servir, et avec au passage une augmentation tarifaire dans notre cas de 145%.

Et bien évidemment cette migration imposée, cette augmentation tarifaire doit se faire avant fin Avril sous peine de coupure de service

Il est juste incroyable de voir un produit et un service de qualité totalement détruit par ce type de décision, et de se rendre compte qu’une entreprise se moque totalement de ses clients à ce point.

Les réactions s’enchainent sur le net, et les concurrents se frottent les mains avec des offres commerciales et des réductions de prix importantes chez certains d’entre eux :

Un thread sur Y Combinator

Résultat des courses, nous allons donc très probablement migrer vers une autre fournisseur, SparkPost qui vient de faire une importante baisse de prix, MailJet une société française, ou encore Sendgrid.

Impossible d’envoyer des e-mails depuis Outlook après mise à jour vers Windows 10

Comme probablement beaucoup d’entre vous, j’ai profité de la mise à jour offerte par Microsoft afin de passer de Windows 8.1 vers Windows 10.

Celle-ci s’est très bien déroulée, et je pense qu’il faut saluer les efforts de Microsoft concernant une telle mise à jour. Il est à présent possible pour n’importe quel utilisateur lambda de faire cette mise à jour sans crainte, avec une interface des plus simples, et un déroulement sans accroc.

Ce n’est qu’aujourd’hui à mon retour de vacances que je me rends compte d’un impact important sur le fonctionnement d’’Outlook 2013 ; celui-ci refuse aléatoirement d’envoyer des e-mails.

Je me retrouve en effet avec une erreur Outlook ; 0x800ccc13.

Après différentes recherches et vaines tentatives de réparation d’Outlook,

Afin de résoudre ce problème, il est nécessaire d’exécuter une vérification des fichiers systèmes via la ligne de commande suivante en admin :

sfc /scannow

Cet outil va scanner les fichiers systèmes et les réparer si nécessaire.

Hope this helps !

image

Je change de métier !

2 ans et demi après mon précédent changement professionnel, me voilà de nouveau en train d’opérer une nouvelle évolution dans ma carrière professionnelle.

La société Log’in Space que j’avais rejoint en Février 2011 a en effet rejoint le groupe Septeo.

image

Le groupe Septeo spécialisé dans l’édition de logiciels propose ses services autour de 5 pôles d’activités :

En quelques chiffres, Septeo c’est :

  • 12 sociétés
  • + de 500 collaborateurs
  • + de 65 millions d’€ de CA.

Log’in Space a donc rejoint le pôle immobillier de Septeo et nous formons donc une société d’environ 70 personnes basée à Toulouse, Pau et Montpellier.

Suite à cet important changement, j’ai été nommé Directeur du service développement du pôle immobilier depuis le début du mois de Juin.

Je quitte donc ma responsabilité de leader technique et m’éloigne donc de mon profil de développeur afin d’effectuer toutes les tâches liées à la gestion d’un service :

  • Définition de l’organisation
  • Définition de la stratégie
  • Définition et mise en place de plans d’actions
  • etc., etc., etc.

Ce changement de poste explique l’absence totale de nouveaux billets sur blog depuis le mois d’Avril, j’espère parvenir à publier régulièrement de nouveaux posts sur des sujets différents d’Outlook et d’Excel !

image

Retour sur le concours DevKings 2012

Dev Kings 2012 - Windows 8 - Pré-inscriptions

Microsoft organisait ce week-end dans les locaux de  l’EPITA/EPITECH un concours de développement autour de Windows 8.

Le concours s’est articulé autour de deux types d’épreuves :

  • Les “Fast Code”, épreuves de 8h avec un sujet imposé
  • Le développement (ou la finalisation) d’une application complète pour Windows 8

Les Fast Code proposés étaient :

  • Une application qui permet de compter sur les doigts d’une main. La première étape était donc d’arriver à détourer la main présentée devant le webcam :

image

Puis une fois parvenu à un résultat satisfaisant, il fallait concevoir un algo. capable de calculer le nombre de doigts dépliés. Plusieurs solutions étaient possibles : faire du matching d’image pour trouver si l’image détourée se rapprochait le plus possible d’exemples reprenants l’ensemble des combinaisons, faire de la détection de formes, ou encore de balayer l’image afin de calculer le nombre d’alternances noir/blanc pour trouver un résultat probant :

image

Quand à moi, je participais à ce concours en tant que membre de l’accélérateur Windows 8. Ce programme permet d’avoir un accès au Windows Store avant la sortie de Windows 8 et ainsi d’être les premiers à avoir une application disponible sur ce nouveau canal de distribution.

J’ai ainsi profité du week-end pour terminer le prototype afin de notamment prendre en compte les remarques/suggestions faites par un designer proposé par l’accélérateur.

L’application présentée était immopad une application de saisie d’états des lieux pour Windows 8 :

image

(je vous en dirais plus prochainement à ce sujet)

40 (!) applications ont ainsi été présentées à la fin du week-end, et à ma grande déception, je n’ai même pas réussi à faire parti des finalistes.

Parmi les finalistes, ont retenu mon attention :

  • l’application SmartShopping développée par Nathalie Pettier, une application utile avec gros effet wow à l’arrivée de la page d’accueil
  • L’application de catalogue et de vente de vins développée par Bewise avec un design vraiment excellent
  • Et un jeu (dont j’ai oublié le nom) basé sur le fameux snake de Nokia développé par Infinite Square

Au final ce fut un excellent week-end où nous avons très peu dormi (pour ma part 3h de vendredi à samedi et une nuit blanche pour le lendemain Smile) et où on a pu rencontrer près de 200 autres développeurs intéressés par le développement d’applications sous Windows 8, et des équipes très différentes. L’équipe de l’ESPI de Lyon s’est notamment fait remarqué grâce à leur très bonne organisation et l’utilisation de SCRUM pendant les fast code ! Ils sont en effet venus avec leur scrum board, leur post-it, etc.

Il n’y a qu’une chose à espérer : que Microsoft organise une seconde édition l’année prochaine (ou même plus tôt Smile) !

WP_000975

TEDx Place Du Capitole 2012

C’est avec une grande curiosité et avec impatience que je me suis inscris voilà il y a quelques semaines à la première édition d’un évènement TEDx à Toulouse.

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas TED (honte à vous, comme gage vous êtes obligé de passer les 3 prochains jours à regarder des TED Talks), l’objectif des conférences TED est de partager des idées intéressantes/intelligentes/pertinentes (“Ideas worth spreading”) au travers de courtes présentations très souvent de très haut vol. Ces conférences sont très peu accessibles car le ticket d’entrée est assez élevé et l’organisation effectue une sélection des participants en fonction de leur implication, de leur rôle dans la société.

Des conférences peu accessibles en IRL mais très facilement accessible grâce au site http://www.ted.com qui propose des vidéos de certaines de ces sessions.

Je vous propose par exemple une de mes vidéos préférées présenté par MONSIEUR Hans Rosling :

Ce site fournit un contenu d’une excellente qualité autour de sujets qui touchent aux sciences, aux technologies, et aux arts. C’est un must-have pour tous les curieux qui cherchent à comprendre le monde dans lequel on vit et qui ont l’esprit ouvert.

Depuis quelques années, TED propose d’organiser des conférences sous licence, des TEDx afin que tout un chacun puisse accéder à ces évènements qui ont donc tous le même objectif.

J’ai donc eu la chance de pouvoir participer aujourd’hui au TEDxPlaceDuCapitole qui avait lieu dans le magnifique cadre de l’hôtel dieu.

WP_000975

Je ne vais pas ici vous raconter l’ensemble des différentes sessions de très bon niveau auxquelles nous avons pu assisté mais plutôt citer très rapidement les sessions que j’ai préféré :

  • Damien Jayat qui présentait son métier de médiateur scientifique. Le fond n’était pas forcément d’un remarquable intérêt mais il s’agit d’une des meilleures session d’un point de vue de la forme ce qui en a fait une présentation très plaisante à regarder, et une très bonne mise en bouche pour la suite de l’après-midi.
  • Clément Blanchet avec une présentation qui traitait de l’impact de la modernité sur l’architecture. J’ai été très surpris d’être intéressé par ce type de sujet. Le speaker était vraiment très bon, et son parti pris pour le style de la présentation était efficace.
  • Pierre Olivier Carles qui présentait une session sur la volonté d’entreprendre.
  • Nicolas Lassabe et sa présentation sur les imprimantes 3D et sur les FabLabs.
  • Daniele Di Michele et son excellente présentation sur la cuisine populaire. Rafraichissante et intéressante sur le fond, un vrai régal.

Je ne vous décrit pas plus ces présentations car elles seront prochainement disponibles online.

Cet évènement n’a pas répondu à mes attentes, il les a surpassé. La qualité de l’organisation était exceptionnelle pour une 1ère. Il n’y avait vraiment à redire, la qualité des sessions était généralement très bonne, et même le buffet était excellent !

Félicitations donc à l’équipe organisatrice, je vous souhaite bon courage pour trouver les axes d’amélioration, ce premier défi est pleinement réussi, le plus difficile vous attend à présent : arriver à confirmer via une 2de édition en proposant un nouvel évènement d’une aussi bonne qualité.

Pour en savoir plus sur TEDx Place Du Capitole :
Le site officiel
La page facebook
Le ScoopIt de l’évènement

image

Offres Emploi Developpeur .net

Vous souhaitez travailler sur les dernières technologies (.net 4.0, WPF, TFS 2010) et le tout dans la belle ville de Pau située à 1h des pistes de ski, et 1h de de l’océan ?

Présentation de la société Log’in Space

image La société Log’in Space est l’un des premiers acteurs dans le secteur de l’édition logicielle dans le domaine de l’immobilier. Fournisseur agrée par les plus grands réseaux pour ses logiciels d’Administration de biens, nous accompagnons nos clients dans leurs activités de Gestion Locative, Syndic et Locations de Vacances.

De lourds investissements engagés depuis plusieurs années nous permettent aujourd’hui de bénéficier d’une offre très complète, éprouvée et technologiquement en avance. LOG’IN SPACE se développe fortement et maintient en permanence un budget recherche et développement important, grâce au réinvestissement de son résultat financier tous les ans.

x LOG’IN SPACE compte plus de 15.000 utilisateurs de ses produits GPI ou LOG’IN dans des agences de 1 à plus de 100 postes de travail.

x Près de 50 collaborateurs à votre service.

x LOG’IN SPACE est le seul éditeur de logiciels de comptabilité immobilière a être engagé dans une démarche qualité ISO 9001-Version 2000, pour l’ensemble des activités de la société : développement, intégration, formation et maintenance de logiciels de gestion immobilière.

Description du poste

Nous recherchons un (ou une) développeur(se) .net pour renforcer nos équipes. Le (la) titulaire du poste sera en charge du développement de modules complets sur la base de cahier des charges fonctionnels transmis par le bureau d’étude.

Connaissances techniques requises : Fondamentaux Framework .net, Windows Presentation Foundation, et développement avec SQL Server (fondamentaux T-SQL).

Des connaissances dans le domaine de l’immobilier et/ou de la comptabilité seraient un plus.

Nouveau ! Nous ouvrons un poste sur Toulouse !

Après une formation en interne de 2 mois dans nos locaux de Pau, vous rejoindrez nos équipes toulousaines afin de développer nos produits basés sur les technologies .net.

Si ce poste est susceptible de vous intéresser et/ou si vous souhaitez plus d’informations n’hésitez pas à me contacter par mail : prenom.nom@loginspace.fr , via Twitter, ou Facebook !

image

Windows Everywhere : 20 après…

C’est avec un certain amusement que lors du keynote de la Build, j’ai revu un slide définissant la stratégie de Microsoft à savoir avoir un OS à destination de tous les devices possibles.

Ainsi il y a 20 ans, lors du keynote de la PDC de 1992 présenté par Bill Gates, l’éditeur avait déjà présenté le slide suivant :

image

Même si techniquement la stratégie a changé avec l’adoption de Windows NT pour tous les différents types de PC, il n’en reste pas moins que 20 ans après (une éternité), la stratégie reste exactement la même. Ce n’est pas surprenant, mais voir cette continuité sur une si longue période dans un domaine qui évolue aussi rapidement reste remarquable.

image